Vous êtes ici

Fil orange

Le changement climatique

Session A04

À l’exception des climato-sceptiques, nous redoutons tous l’impact de la hausse des températures et des bouleversements climatiques. Les évaluations actuelles et les projections mathématiques prédisent des modifications épidémiologiques importantes auxquelles nous devons nous préparer. Nous sommes, et seront, confrontés à de nouvelles sensibilisations, une majoration de la pollution et des modifications microbiologiques.

Président(s)
BAOUGH Leila, Alger
et MELLONI Boris, Limoges

Qualité de l’air extérieur et santé

Session A14

La pollution de l’air constitue une préoccupation, tant à propos de l’air extérieur que de l’air intérieur. Une bonne connaissance des polluants, de leurs sources et de leur évolution est un atout pour répondre aux questions de nos patients et argumenter les démarches de prévention. À l’heure des outils connectés, les patients et les soignants ont un accès « en temps réel » aux données sur les taux polliniques. Quelles stratégies efficaces peut-on proposer lors des pics ?

Président(s) : LEROYER Christophe, Brest
et PIGEARIAS Bernard, Nice

De la théorie du poumon stérile au microbiome respiratoire

Session A30, organisée par GT GREPI

L’impact des activités humaines, remarquable dans notre environnement extérieur, est aussi important sur notre milieu intérieur. En altérant la symbiose entre nos germes commensaux et notre organisme, nous avons affaibli et perverti nos défenses vis-à-vis des agressions, aboutissant à des manifestations allergiques ou auto-immunes. Le rétablissement d’une flore saine pourrait constituer une nouvelle voie thérapeutique.
Président(s) : BERGERON-LAFAURIE Anne, Paris
et ANDREJAK Claire, Amiens

Disparité de l’environnement à l’échelle planétaire

Session A48

La disparité de l’environnement à l’échelle planétaire constitue de nos jours une réalité connue et reconnue avec même comme corollaire un facteur de tension socio-politique. L’OMS, dans son rapport publié le 27 septembre 2016, révèle que 92 % de la population mondiale respire un air très pollué avec un bilan préoccupant sur le plan sanitaire, essentiellement dans les pays en voie de développement, et ce, en partie pour des raisons d’industrialisation massive. Cela pourrait expliquer les différents types d’asthme que nous observons, l’émergence de cancers broncho-pulmonaires chez les non-fumeurs et les manifestations respiratoires liées à la biomasse.

Président(s) : RICHARD Philippe, Saint-Omer
et KHAYAT Georges, Beyrouth

Qualité de l’air intérieur et extérieur et santé (incluant les pesticides)

Session A06

La qualité de l’air reste une préoccupation majeure des patients et des médecins. Il n’est, cependant, pas toujours évident d’aborder cette question et de répondre aux interrogations des patients et de leur entourage. Quels conseils pratiques et fiables peut-on donner aux patients ? Quelles sont les sources d’informations existantes ? Existe-t-il des risques émergents ? L’impact des pesticides sur la santé respiratoire est-il méconnu ?

Président(s) : PRUD'HOMME Anne, Tarbes
et DIXSAUT Gilles, Paris

Poumon et médicaments

Session A15

Les effets secondaires respiratoires des médicaments font partie du quotidien du pneumologue et de la démarche diagnostique en pneumologie. Cette session permettra de se tenir parfaitement à jour concernant trois problématiques fréquentes pour lesquelles nous sommes très régulièrement interrogés : la toux iatrogénique et les nouvelles causes, le rôle des bêta-bloquants dans l’asthme et la problématique, rapidement évolutive, des nouveaux traitements des cancers.

Président(s) : COUDERC Louis-Jean, Suresnes
et SOYEZ Franck, Bagneux

Actualités sur les pneumopathies d’hypersensibilité (PHS)

Session A34

Le diagnostic de pneumopathie d’hypersensibilité aviaire repose sur un faisceau d’éléments anamnestiques, cliniques, tomodensitométriques, biologiques, voire histologiques. Le diagnostic le plus précis possible est capital au traitement, notamment dans les formes chroniques qui ne peuvent parfois pas être distinguées des formes idiopathiques de fibrose pulmonaire. L’origine aviaire doit être identifiée car l’éviction de l’exposition est primordiale et conditionne le pronostic. Les difficultés et les pièges résident à la fois dans l’anamnèse pour identifier l’origine antigénique, dans l’interprétation des résultats livrés par le LBA, notamment la lymphocytose variable, et dans la recherche des précipitines spécifiques par un laboratoire de référence. Les orateurs résumeront les avancées récentes en matière de sérologie et de diagnostic différentiel en illustrant ces difficultés et ces pièges.

Président(s) : CAILLAUD Denis, Clermont-Ferrand
et GONDOUIN Anne, Besançon

Génétique et environnement

Session A09

Les études en génomique ont démontré que les interactions entre les gènes sont complexes et que l'environnement y joue un rôle important notamment dans le cas de l’asthme, les PID ou la BPCO, maladies associées non pas à un seul gène mais souvent à l'interaction de plusieurs gènes et de facteurs environnementaux entre eux. Comment l'environnement, pénètre-t-il dans le corps et interagit-il avec les gènes? Ce sont ces questions passionnantes que les orateurs aborderont.

Président(s) : RAHERISON-SEMJEN Chantal, Bordeaux
et CROS Pierrick, Brest

Polluants biologiques et allergies respiratoires

Session A21

L’exposition aux polluants biologiques est quotidienne, que ce soit en milieu extérieur ou en milieu intérieur. Cette exposition reste mal connue et appréhendée en pratique clinique, alors que les méthodes d’exposition environnementale ont évolué rapidement au cours des dernières années. Comment mesure-t-on, aujourd’hui, l’exposition environnementale domestique (acariens, moisissures, bactéries...) ou le risque pollinique ?

Président(s) : MIHALTAN Florin, Bucarest
et LARROUSSE Mathieu, Toulon

L’asthme professionnel

Session A36, organisée par GT G2A

L’exposition professionnelle est, chez l’adulte, une cause encore trop souvent sous-estimée d’apparition ou d’aggravation d’un asthme. Cette session devrait permettre aux participants de prendre connaissance des dernières données épidémiologiques concernant l’asthme professionnel non seulement en termes de fréquence mais aussi en termes d’activité à l’heure où les métiers traditionnellement concernés du fait de l’exposition aux allergènes se voient rejoints par des activités exposant à des irritants de diverses nature. Par ailleurs, l’asthme professionnel n’échappe pas à l’hétérogénéité habituellement retrouvée dans la maladie asthmatique. Les concepts de phénotypes, de clusters, voire d’endotypes, peuvent donc parfaitement s’y appliquer avec pour conséquence une meilleure adaptation de la prise en charge. Enfin, pour les pneumologues souvent confrontés dans leur pratique clinique à l’asthme de l’enfant et de l’adolescent, le dernier exposé de cette session devrait leur permettre de mieux répondre aux questions que se posent les parents et les jeunes patients à l’heure des choix vers telle ou telle orientation professionnelle.

Président(s) : DE BLAY Frédéric, Strasbourg
et L'HER Pierre, Paris